Rhinoplastie secondaire

Dans les cas où une première rhinoplastie a été réalisée mais qu’elle n’est pas concluante, la patient peut opter pour une rhinoplastie secondaire.

Celle-ci a pour but de corriger les défauts de la première intervention.

La rhinoplastie secondaire ne peut être effectuée qu’au moins un an après la rhino primaire.

La “simple” retouche

rhinoplastie secondaire

Si la rhinoplastie primaire est réussie mais que le résultat ne correspond pas tout à fait à la demande du patient, on peut effectuer des retouches.

Celles-ci ont pour but de corriger d’éventuels petits défauts, qui sont en réalité fréquents.

Il s’agit généralement d’une déviation ou d’une asymétrie du nez ou d’autres petites imperfections.

La retouche ne nécessite pas d’hospitalisation et est réalisée sous anesthésie locale.

Le chirurgien attendra en général 6 mois avant de procéder à ces gestes de perfectionnement.

Dans la plupart des cas, cette forme de rhinoplastie secondaire légère fait partie du contrat opératoire.

Effectivement, les chirurgiens professionnels et consciencieux cherchent un résultat proche de la perfection et la satisfaction de leurs patients.

Mais il est parfois nécessaire de débourser au moins 500 € pour bénéficier d’une retouche.

La reprise complète

Lorsque la première intervention est complètement ratée, la patient doit subir une nouvelle opération de chirurgie pour que les défauts soient réparés.

L’opération se déroule pratiquement de la même manière, si ce n’est qu’elle est plus complexe. Cela s’en ressent sur son coût, qui oscille entre 4500 et 7000 euros.

Les consultations avant l’opération

Avant d’effectuer une rhinoplastie secondaire, il est primordial d’avoir plusieurs rendez-vous avec son chirurgien.

Ils diffèrent des consultations pour une rhinoplastie primaire pour trois raisons principales :

  • le patient est souvent psychologiquement fragile face à une nouvelle intervention chirurgicale. L’échec de la première opération peut susciter des peurs et une méfiance envers le chirurgien
  • le chirurgien doit s’efforcer de comprendre précisément la volonté du patient, à partir de l’apparence actuelle de son nez, mais surtout à partir des photos datant d’avant la première opération
  • le médecin doit analyser les causes de l’échec de la première rhino et déterminer ce qui peut être corrigé

Les spécificités de l’opération

Bien que les techniques utilisées soient les mêmes en rhinoplastie secondaire qu’en primaire, leur niveau de complexité est supérieure.

Effectivement, l’existence d’une première cicatrice cache en réalité l’apparence qu’avait le nez avant la première opération.

Ce n’est qu’en libérant cette cicatrice que le chirurgien peut vraiment se rendre compte de l’aspect pré-opératoire.

De plus, les tissus ont été modifiés durant la première intervention.

Cela exige plus de travail de la part du chirurgien et implique donc une durée de l’opération plus longue.

Si votre première chirurgie du nez ne vous convient pas, il existe donc des solutions.

Mais ne croyez pas que votre nez peut être remodelé à l’infini.

Si la première rhinoplastie a causé trop de dommages, une deuxième opération ne pourra peut-être pas vous donner le résultat escompté.

D’où l’importance de bien choisir son chirurgien esthétique, non seulement pour éviter une catastrophe, mais aussi pour bénéficier de légères retouches de qualité suite à l’opération.

Vous trouverez ci-dessous une petite vidéo, qui explique le principe de la rhinoplastie secondaire à travers le cas d’une patiente